Guillemette Énergies

Au service de l'environnement

ASTUCE DU MOIS

ECONOMIE ELECTRICITE

Des astuces simples et pratiques pour payer moins

Astuce n°1- Faites fonctionner de préférence vos électroménagers pendant les heures creuses, de 10 h 30 le soir à 6 h 30 le matin en général (les horaires varient en fonction des régions!), car l’électricité y est environ 40 % moins chère.

Astuce n°2- Préférez le micro-ondes au four traditionnel, car il est au moins 10 fois moins gourmand en énergie.

Astuce n°3- Choisissez des appareils à basse consommation. Les appareils de caté­gorie A sont plus chers, mais consom­ment jusqu’à 10 fois moins.

Astuce n°4- Remplacez vos ampoules traditionnelles par des ampoules à économie d’énergie (ampoules basse consommation, ampoules LED) qui durent trois fois plus et consomment trois fois moins. Pensez également à profiter au maximum de la lumière du jour…gratuite

Diminuez votre facture d’électricité !

Diminuez votre facture dlectricit !

Diminuez votre facture d'électricité !

L’électricité est une énergie secondaire (elle doit être produite à partir d’une autre source) et de ce fait, elle est chère et peut être particulièrement polluante lorsqu’elle n’est pas produite par des sources d’énergie renouvelable.

 

Voici un plan en 5 étapes pour diminuer votre facture :

1. Connaître vos consommations

2. Identifier les gros consommateurs

3. Appliquer les bons gestes

4. Choisir des appareils économes

5. Comparer les fournisseurs !

 

1. Connaître vos consommations

Etes-vous un gros consommateur ? Quel est votre potentiel d’économies  ?

Vous disposez à priori des éléments pour le savoir facilement  : une facture de régularisation de votre fournisseur d’énergie et un compteur électrique quelque part à la cave, dans le garage ou dans le hall.

Vous pouvez comparer votre consommation en kWh/ an avec celle d’un ménage de taille semblable au vôtre et qui a les mêmes usages de l’électricité (chauffage, eau chaude, cuisson, éclairage et électros, selon les cas).

typologie des consommations électriques
Voir l’image complète.

Par exemple : un ménage de 4 personnes qui cuisine à l’électricité consomme 3900 kWh/an.
S’il a des appareils économes et applique la negawatt-attitude (appareils économes efficaces utilisés correctement) sa consommation descend à 3000 kWh/an.

Evidemment votre propre consommation peut être beaucoup plus basse si vous n’abritez pas des appareils energivores (TV plasma, ordinateur fixe, séchoir, éclairage halogène, vieux réfrigérateur... ), si vous n’êtes jamais là en journée, si tout le monde fait attention aux gaspillages etc.

La facture vous renseignera également sur votre contrat en cours et sur le type de comptage (simple, bihoraire, exclusif nuit ...).
Vous pourrez utiliser la facture pour connaître le prix du kWh chez vous (en divisant le montant total en euros par le nombre de kWh consommés).

2. Identifier les gros consommateurs

Vous pensez sans doute à retirer votre chargeur de GSM de la prise après chaque utilisation. Fort bien mais il s’agit d’une très faible consommation (de l’ordre de 1W soit 1,5 €/an). Ne vous arrêtez donc pas là et concentrez-vous sur les gros consommateurs. Voici quelques exemples de consommations typiques, celles-ci dépendent bien-sûr de l’efficacité des appareils mais aussi et surtout de la manière de les utiliser (durée et fréquence d’utilisation, choix des programmes, entretien...).

Quant aux consommations cachées (appareils éteints mais branchés, veilles), elles peuvent atteindre 500 kWh/an, au bas mot une centaine d’euros pour rien !

Il s’agit de valeurs moyennes. Pour connaître la consommation de vos propres appareils rien de tel que de la mesurer avec un wattmètre et de multiplier par la fréquence d’utilisation.

3. Appliquer les bons gestes

D’une manière générale l’entretien des appareils (notamment le remplacement ou le nettoyage des filtres) est essentiel pour limiter leur consommation d’énergie. Lorsque plusieurs programmes sont disponibles veillez à privilégier ceux qui permettent des économies faciles.

Boiler électrique : baissez la température de l’eau, 55°C suffisent pour éviter la prolifération de bactéries et assurer un bon confort. Isolez le boiler et installez une horloge afin qu’il chauffe uniquement pendant les heures creuses (souvent entre 23h et 8h ou entre 22h et 7h + le week-end, vérifiez la plage horaire d’application chez vous auprès de votre gestionnaire de réseau).

Taques de cuisson : cuisiner soi-même c’est idéal pour la santé et le budget ! Et pour ne pas gaspiller de l’énergie, utilisez un couvercle et, si les taques sont électriques, coupez-les avant la fin de la cuisson. Pour faire bouillir de l’eau, préférez la bouilloire électrique.

Halogène sur pied  : attention à la puissance de la lampe (celle-ci fait typiquement 150, 300 ou 500 W). Limitez la durée d’utilisation (même si la lampe est équipée d’un variateur, la puissance ne diminue pas dans la même proportion).

Frigo/congélateur  : placez-le loin d’une source de chaleur, réglez la température afin d’obtenir 4°C à 5°C dans la zone la plus froide (pour conserver viande, poisson et charcuterie), évitez de trop le remplir et dégivrez-le régulièrement.

Lave-linge : c’est le chauffage de l’eau qui demande le plus d’énergie dans une lessive (80 à 95% de la consommation). Privilégiez les basses températures (30 ou 40°C), remplissez bien la machine et faites-la tourner pendant les heures creuses.

Sèche-linge : à utiliser avec modération  ! Pour une lessive, il consomme 3 à 4 fois plus d’énergie que le lave-linge. Le filtre à peluches doit être nettoyé à chaque usage. Faites-le tourner de préférence pendant les heures creuses.

Lave-vaisselle : privilégiez le programme économique (attention, contrairement à ce que l’on pourrait penser, celui-ci dure beaucoup plus longtemps qu’un programme ordinaire) et remplissez bien la machine. Faites-le tourner de préférence pendant les heures creuses.

Téléviseur : diminuez le nombre d’heures passées devant le petit écran :)

Consommations cachées : il s’agit de la consommation, tout à fait inutile, d’appareils qui paraissent éteints ou sont en veille. S’il est vrai que les puissances en jeu sont petites (2 à 15W), la consommation s’étend pendant de longues heures et, au bout de l’année, le total est conséquent ! Pour un décodeur TV, par exemple, la consommation en veille représente 80% de la consommation totale (120 kWh/150 kWh pour certains). Utilisez des multiprises avec interrupteur pour diminuer le plus possible ces consommations inutiles.

Bouton veille allumé

4. Choisir des appareils économes

Lors de l’achat d’un nouvel appareil fiez-vous à l’étiquette énergie pour savoir quels sont les modèles qui consomment le moins. La consommation est indiquée en kWh/an. Pour avoir une idée du coût en électricité divisez cela par 5, vous aurez une bonne approximation.

D’une manière générale privilégiez les appareils adaptés à vos besoins. Inutile aussi de voir trop grand (réfrigérateur, congélateur, téléviseur, lave-linge, lave-vaisselle…)  : la consommation augmente avec la taille et vous le paierez pendant de nombreuses années (enfin, dans le meilleur des cas parce que certains appareils ont la fâcheuse tendance à tomber en panne juste après que la garantie ne soit plus valable).

 

5. Comparer les fournisseurs

 

 

Aller plus loin en mesurant vos consommations!

Wattmètre pour mesurer la puissance et la consommation des appareils électriques

 

Des travaux pour réduire la facture de chauffage

Des travaux pour rduire la facture de chauffage

Quand on est propriétaire, on ne doit pas attendre qu'il fasse froid pour vérifier l'état de l'isolation de son domicile. Quelques travaux à effectuer pour économiser sur la facture de chauffage.

Selon Ressources naturelles Canada, le chauffage représente la plus grosse dépense de la facture énergétique des ménages canadiens, puisqu'il dévore à lui seul près du deux tiers de l'énergie consommée dans ces foyers. Des coûts qui pourraient diminuer en réalisant quelques travaux de rénovation.

Boucher les trous

C'est la base! Avant d'entreprendre tout travail d'envergure, on doit repérer et colmater les infiltrations d'air dans la maison.

Selon Hydro-Québec, une mauvaise isolation des combles et des fondations entraînerait des pertes de chaleur pouvant atteindre 40 %. Il ne faut pas oublier de calfeutrer les portes et les fenêtres qui peuvent, quant à elles, être responsables de 25 % des pertes de chaleur.

Changer les fenêtres

Tout a une fin, même la durée de vie des fenêtres. Si malgré nos efforts, les fenêtres continuent de laisser passer de l'air frais, c'est qu'il est temps de les changer. Pour ce faire, Hydro-Québec recommande d'opter pour des fenêtres de catégorie ENERGY STAR®, qui sont 20 à 40 % plus efficaces que la plupart des autres modèles.

En outre, la société d'État chiffre des économies de chauffage atteignant les 10 % si l'intégralité des fenêtres du domicile présentent les même caractéristiques éco-énergétiques que celles homologuées ENERGY STAR®.

Installer des thermostats électroniques

Ces petits appareils peu coûteux qui permettent de réguler la température de la maison, voire de chacune des pièces, aideront à mieux gérer la consommation énergétique de la résidence, et donc à faire des économies sur les coûts de chauffage annuels estimées à 10 %.

Opter pour la géothermie

Si on envisage de changer son système de chauffage en intégralité, la géothermie est une avenue intéressante. La géothermie, c'est une thermopompe qui extrait la chaleur du sol pour chauffer la maison en hiver.

Elle a donc l'avantage d'être non seulement une énergie propre et renouvelable, mais c'est aussi une source de chauffage qui plaît au portefeuille à long terme, puisque ce système permet d'économiser jusqu'à 60 % des frais dépensés pour se garder au chaud. Ce dispositif peut servir de climatisation pendant les chaudes journées d'été.

Trop beau pour être vrai? Le prix d'installation oscille quand même entre 20 000 et 40 000 $.

Songer à la biénergie

Ce système de chauffage alterne deux énergies, souvent l'électricité couplée à un combustible comme le mazout, afin de chauffer les maisons pendant les périodes de grands froids. Parce qu'elle permet de bénéficier d'un tarif de facturation avantageux à longueur d'année, la biénergie permet de faire baisser la facture de chauffage.

Selon l'organisme Écohabitation, les foyers équipés à la bioénergie payent des factures jusqu'à quatre fois moins élevées que les ménages utilisant uniquement du mazout, et 1,5 fois moins que ceux optant juste pour l'électricité.

Énergie Solaire

En raison des préoccupations concernant l'environnement et les coûts d'énergie, de plus en plus de Canadiens se tournent vers les systèmes photovoltaïques (PV) pour générer leur propre énergie renouvelable dans leur maison.

Les panneaux photovoltaïques convertissent la lumière du soleil en électricité. Sûrs et fiables, les systèmes PV ne produisent aucune pollution ou émission, sont peu dispendieux à exploiter et sont faciles à installer et à entretenir pour la plupart des maisons canadiennes.

Mais comment savoir si un système PV vous convient? Afin de vous aider à prendre une décision plus éclairée, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) vous offre quelques conseils sur la façon de choisir un système photovoltaïque et de l'installer dans votre maison.

Deux catégories d'appareils

Les systèmes PV se déclinent en deux catégories principales : installations hors réseau et installations raccordées au réseau.

Le mot «réseau» fait référence à l'infrastructure publique du fournisseur local qui alimente les maisons et les commerces en électricité. Les installations hors réseau se trouvent en région éloignée, là où il n'existe pas de services publics.

Dans le cas des installations PV hors réseau, le choix de capacité du champ PV et du banc d'accumulateurs connexe doit être effectué soigneusement afin de répondre à la demande d'énergie durant les périodes de faible ensoleillement.

Dans le cas des installations raccordées au réseau, la présence du réseau élimine la nécessité d'apparier avec précision la puissance de l'installation avec les besoins annuels en électricité, et supprime également le recours aux accumulateurs, sauf s'il s'agit d'une source d'alimentation de secours durant les pannes d'électricité.

En cas de panne

Les systèmes PV raccordés au réseau sont conçus de manière à déceler la panne et à couper automatiquement le courant qui va au compteur du fournisseur et dans le réseau.

Il s'agit là d'une exigence de sécurité visant à protéger le personnel du fournisseur qui pourrait être en train de travailler sur les lignes de transport d'électricité.

Or, dans la plupart des cas, cette configuration empêche votre système PV d'alimenter votre maison en électricité durant une interruption de courant.

Il existe cependant des onduleurs spéciaux qui permettent de commuter du système public à un système de secours (tel que des accumulateurs). Celui-ci peut ainsi alimenter en électricité un panneau électrique d'appoint, ce qui vous permettra de faire fonctionner vos appareils électroménagers et équipements essentiels.

Un système qui évolue constamment

Les systèmes PV sont modulaires. On peut ainsi leur ajouter des composants à mesure que les besoins croissent ou que le budget le permet.

Il vaut mieux prévoir les besoins futurs en installant un câblage, des disjoncteurs et des onduleurs en surcapacité, de manière à ne pas être obligé de les remplacer pour permettre la mise en place d'une installation de plus forte capacité
.

 

 

Économie

conomie

Fermer volets et rideaux, une fois la nuit tombée, permet de retenir la chaleur intérieure.

Ne pas arrêter le chauffage dès que la température souhaitée est atteinte, pour le rallumer un ou deux jours plus tard : il suffit de baisser le thermostat (l'énergie nécessaire pour réchauffer les murs consomme bien plus d'énergie)

Réduire le chauffage des pièces peu utilisées (buanderie...)

1°C de moins représente à 5 à 7% d'économies sur la facture de chauffage.